Dyai

L’artiste

Dyai C. Saugey est né à Genève mais grandit à Bogotá, où il fait ses premiers pas dans l’art aux côtés de sa mère Francine Saugey, fille de l’architecte Marc J. Saugey. Celle-ci l’initie progressivement à la peinture, aux couleurs et aux matériaux tout en lui laissant constamment une très grande liberté, de façon à apprendre et évoluer de lui-même au travers de ses erreurs. Après sa scolarité obligatoire, il rentre en Suisse afin d’effectuer son service militaire et de poursuivre ses études universitaires, délaissant provisoirement l’art. Le retour de sa mère à Genève en 2003 et une envie sous-jacente l’incitent à reprendre la peinture.

Dyai vit sa peinture comme une démarche individuelle dans laquelle la solitude est nécessaire afin de définir son être, sa perception des autres et de la société. Ses œuvres sont fortement influencées par ses lectures, souvent éclectiques. Son pluriculturalisme joue un rôle important dans son œuvre, influençant sa perception du monde et sa personnalité. Tiraillé entre deux patries, deux continents, deux cultures, l’artiste, de part cette dichotomie d’appartenance, a souvent le sentiment de n’appartenir réellement à aucunes. Cet état lui permet d’appréhender sous un prisme différent les émotions et relations.

Sa démarche

Les thématiques abordées et leurs développements successifs, suivent des progressions simultanées évoluant avec lui au gré de ses expériences et    apprentissages. L’homme étant complexe et changeant, ses œuvres subissent ces mêmes altérations. Sa démarche artistique s’articule autour de deux axes distincts, le conscient et l’inconscient.

Le conscient cristallise ses réflexions menées sur la société actuelle. Avec un regard souvent critique, Dyai C. Saugey explore les différentes facettes des notions, émotions et autres aspects de la société et des individus qui la composent. Il cherche à exprimer sa perception de lui-même et à comprendre sa place dans le monde en tant qu’être humain et citoyen. Le conscient puise son inspiration de l’actualité tout comme de la nature et de ses relations avec les autres.

L’inconscient repose sur un regard introspectif de ses propres pensées et émotions et pour ce faire il utilise des formes abstraites qu’il dessine depuis sa jeunesse. Ces formes, ses eidolons comme il les nomme, sont créées de façon inconsciente et automatique, ces images offrant un sujet à l’esprit. Elles sont initialement déconnectées de toute réalité puis s’intègrent progressivement dans son propre monde, donnant naissance à des visions déformées de sa réalité.

Son Parcours

Dès la fin de ses études il se construit comme peintre et acquière sa technique de façon autodidacte, il garde une grande latitude de conception et une totale liberté créative.

En 2017 il entame une licence en Arts plastiques à l’Université de Paris – Sorbonne

Événements/Expositions

2019 Florence Biennale, Italie.

2018 Exposition collective et collaboration. Le Vide. ALMACÈN, Genève, Suisse.

2018 Exposition collective. Petits. Place Suisse des Arts. Lausanne, Suisse.

2017 Exposition collective. Entropie Vol. 2. Ottovolarte Art lab. Florence, Italie.

2017 Exposition collective. Le salon de juin 2017. Galerie Thuillier. Paris, France.

2014 10ème Exposition collective d’artistes lancéens. Ferme Marignac. Grand lancy. Genève, Suisse.

2013 Exposition individuelle, Espace Gaimont Petit-Lancy, Genève, Suisse.

2012 Exposition collective, La Florimontaine. Petit-Lancy. Genève, Suisse.